Cercles de femmes enceintes

Pour réenchanter la grossesse… ✨

Retrouver la magie du cycle de la Vie, honorer le passage qu’est la grossesse, se mettre à l’écoute de son corps et se préparer en douceur à rencontrer sa puissance…

« En acceptant de comprendre le processus involontaire mettant en jeu des structures primitives du cerveau, on rejette l’idée qu’une femme peut apprendre à accoucher » (Michel Odent, Le bébé est un mammifère)

D’après Michel Odent, une femme ne peut pas apprendre à accoucher car l’accouchement est un processus involontaire qui met en jeu des structures anciennes, primitives, mammaliennes du cerveau. Les informations qui préparent donc le mieux une future mère à une naissance douce sont celles qui lui rendent sa foi en sa capacité d’accoucher naturellement.

Ensemble, entre femmes, entre soeurs, nous allons explorer nos profondeurs, nos représentations de la naissance, de la douleur, nos peurs.

Apprendre à accueillir ce qui se présente. Prendre conscience de ses ressources. Se connecter à Soi, à la femme en nous qui Sait. Développer la confiance.

Au programme :

  • Cercles de parole
  • Rituels
  • Respirations
  • Méditations
  • Relaxations

Nous partagerons autour de la physiologie de la naissance, le rôle des hormones et l’importance de l’environnement, la peur et la confiance, la perception de la douleur et les représentations autour de la naissance, et le périnée.

Nous créerons nos affirmations de naissance.

Dimanche 14 février : Autour de la physiologie

Dimanche 7 mars : Affirmations de naissance

Dimanche 28 mars : Autour du périnée

L’inscription aux 3 cercles est demandée.

Inscriptions ici.

 

L’année du cocon ✨

.

Mes bébés grandissent. Owen va avoir 3 ans.
Et Moodita fait son petit chemin.
.
Selon une amie avocate spécialisée en droit familial, la plupart des femmes consultent un avocat, quittent leur conjoint ou ont des envies de prendre leurs jambes à leur cou autour des 2 ans et demi de leur dernier enfant.
.
Interpellant, non?
.
Bien sûr il doit y avoir des milliers de raisons à cela. Chaque femme a les siennes, chaque histoire est unique.
J’y vois en tous cas un effet de notre monde patriarcal.
“J’ai fait des enfants, j’ai rempli mon rôle, et maintenant quoi?”
Beaucoup de femmes, je crois, ont (comme moi) tellement intégré les codes de la société patriarcale, qu’elles endossent ce rôle – sans même en avoir conscience – et souvent avec joie, naturellement – de mère au foyer.
Elles-mêmes, et souvent leur couple, sont relégués à plus tard.
Et il arrive un moment où elles s’arrêtent, regardent en arrière, et réalisent qu’elles ne sont pas là où elles souhaitent être.
Certaines changent de boulot.
Se réinventent.
D’autres divorcent.
Ou deviennent féministes.
.
2020 aura été cette année là, pour moi.
L’année du coronavirus et des confinements.
L’année vécue à 5.
L’année de la recherche d’un équilibre familial.
D’un équilibre de couple. D’un équilibre vie privée-vie familiale.
L’année de mes 40 ans.
L’année de la crise de la quarantaine.
L’année des questionnements essentiels sur mes choix de vie, mon couple, le mariage, ma place de femme, de mère.
L’année où j’ai eu envie de prendre mes jambes à mon cou.
L’année où j’ai regretté d’avoir fait des enfants.
Où je me suis sentie enfermée. Prisonnière.
.
L’année où j’ai compris que je devais me mettre en priorité. Reprendre les rennes. Que j’avais tout entre mes mains.
.
Le chemin. Encore.
L’année du cocon.
Pour mûrir les choses. Réfléchir. Se préparer. Comme un long hiver…
Prendre ses responsabilités. Devenir “sorcière”.
Devenir.
.
Art @womensmagick

Gratitude ✨


.
Ce matin nous avons dormi jusque 8h30. Une vraie grasse mat’ !! Du jamais vu depuis… quelques années déjà! 🤣
.
Le chemin parcouru. Waouw. J’ai longtemps détesté ce temps de l’année, l’approche du nouvel-an, l’heure de regarder en arrière, l’heure du bilan.
Et cette année j’apprécie de jeter ce regard en arrière, je mesure le chemin parcouru et je suis plutôt fière.
Un chemin de femme, d’épouse, de mère, de mère d’enfant différent, de yogini, d’entrepreneuse.
Découverte de différentes facettes, femme sauvage, hypersensible.
Le difficile chemin d’une mère d’enfant différent. Je grandis avec lui, chaque jour.
Un chemin d’accompagnante, d’ « honoreuse de passages », de guérisseuse un peu, de teneuse d’espace. De trait d’union…
.
Un chemin de résilience, de ténacité, de force et de vulnérabilité.
.
Les choses se mettent en place au moment le plus opportun.
.
J’ai beaucoup de gratitude pour toutes les personnes que j’ai croisées sur mon chemin jusqu’ici…
Christian et Lisa @anakhyashramyoga,
Philip @mitra_yoga_asbl
et Gina @yogagraciosa
Gratitude infinie pour le yoga que vous vivez et transmettez.
Pour la guidance, pour tout ce que vous m’avez transmis et transmettez encore 🙏
Des doulas inspirantes comme
@karma.mamas @doula_mama_fr@quantikmama @elsauzan_doula
Et puis des femmes éveillées comme
@les__allumettes et @odilechabrillac
Merci de votre présence sur ce chemin 🙏

Se laisser ensemencer ✨

Un moment de repli. Entrer dans l’hiver. En moi. Dans ma grotte.
Seulement prête à recevoir.
.
Comme l’an dernier, je participe au #ritueldes12jours
Je me laisse porter par cette proposition pleine de bienveillance de @camille.sfez et @natachafaitduyoga
.
Un moment pour se connecter à l’étincelle en moi. Pour se mettre à l’écoute. Qu’est ce que je veux vraiment? Qu’est ce qui fait sens pour moi?
.
Ça résonne fort en moi cette idée de vigilance. De ne rien faire de particulier. Ne rien chercher.
Seulement ouvrir grands ses yeux, ses oreilles, son cœur. Se mettre à l’écoute des signes. À l’écoute de soi.
Recevoir.
.
Premier jour aujourd’hui.
Une belle journée 🌟
En famille.
En mode village avec une copine-voisine de mon fils et sa maman.
Et aussi seule.
Dehors, en plein vent, dans la nature.
Et dans ma grotte, même dans mon lit.
.
La famille comme foyer, chaleur, joie.
La solitude comme refuge, paix, ressourcement.
Le village comme échange, partage, nécessité.
.
Du repos.
De la lecture.
Un joli conte de Noël qui parlait d’enfants différents et d’accueil.
Un livre reçu pour les fêtes qui parlait d’ancrage, de rêves et de sens.
.
Des rêves étranges aussi, la nuit dernière, rêves que j’ai décidé d’écouter.
.
Mon cœur se réjouit de vivre ces 12 jours de rituel. De recevoir ce qui est là 🌟

Artwork : @ireneizib

2021

Le programme de 2021 se dessine petit à petit.

Il y aura des cercles de femmes en ligne, autour des 8 fêtes de la roue de l’année.

Il y aura la reprise, j’espère, des dimanches Yoga. Ils auront lieu chez Naissentiel, et nous irons au parc de Woluwé pour notre traditionnel promenade méditative en début d’après-midi.

Il y aura un nouveau cycle de cercles de femmes enceintes, en ligne.

Il y aura des live tous les lundis matins, pour lancer votre semaine, vous partager des petits trucs, des courtes méditations, des intentions, des réflexions…

Il y a des projets qui mijotent encore… Des ateliers cuisine, en groupe, en prénatal, pour préparer le postnatal. Des séjours bien-être, autour du yoga, de la nutrition et de la reconnection à la nature. Des blessingway et des cérémonies d’accueil de la nouvelle mère. Des cercles de femmes sur des thématiques plus spécifiques, comme les difficultés maternelles (j’espère) et le handicap. Bref, des projets, j’en ai plein la tête (comme d’hab!). Je ne vous en dis pas plus pour le moment.

Je vais participer à un chouette projet de podcasts autour de la maternité et à un projet de vidéo sur le rôle de la doula.

Et bien sûr il y aura du yoga!

Pour le moment toujours en ligne, mais je suis toujours dispo par ailleurs pour des séances privés à domicile 😉

Horaires en ligne

Yoga des femmes : mercredi 12h15

Yoga prénatal : mardi 19h30 et mercredi 10h30

Et possibilité de séances privées à Naissentiel le vendredi matin (me contacter)

Yoga postnatal : jeudi 11h

J’espère reprendre très vite le présentiel à Naissentiel et au Poseidon!

Et puis l’accompagnement doula en prénatal, en postnatal, l’accompagnement de l’allaitement, les rituels autour de la féminité, autour de la maternité, …

Hâte de vous retrouver pour tout cela!!

 

 

Cercles de femmes – La Roue de l’Année

Je vous propose de nous retrouver cette année autour des fêtes traditionnelles de la Roue de l’année pour un cercle en ligne le dimanche soir.

8 soirées pour s’arrêter, entre femmes, se reconnecter à soi, au rythme des saisons et de la nature. Pour se reconnecter à notre nature.

Ces fêtes sont peu connues chez nous, et pourtant elles divisent l’année et marquent des temps que nous sentons, que nous pressentons souvent. Elles sont associées à des rituels, des énergies et des pratiques différentes. Elles sont à l’origine de la plupart des fêtes que nous connaissons, qui sont celles du calendrier catholique.

 

Imbolc : 31 janvier 2021

Ostara : 21 mars

Beltane : 2 mai

Litha : 20 juin

Lammas : 1er août

Mabon : 19 septembre

Samhain : 31 octobre

Yule : 19 décembre

 

Inscriptions Ici

Incarner la sororité ✨

.
J’ai fait une expérience intéressante lundi matin. Un « scan thérapeutique ».
Une belle façon de faire le point, d’en apprendre plus sur soi, de valider certains ressentis, certains choix même 🙈👌🏻et d’ouvrir des portes pour avancer sur le chemin🚪🛤
.
L’un des éléments à retenir pour moi de ce scan, qui se dégage de mon énergie🌟, c’est ma capacité de faire du lien en « one to one », à faire de la place à l’autre et à son histoire, à entendre👂, à inviter mon interlocuteur à se montrer tel qu’il est pour lui permettre d’être vu et reconnu.
.
Permettre à l’autre d’être lui-même. De ne pas se cacher. De se déposer, de déposer ce qu’il a sur le cœur.
Être là, accueillir ses émotions, lui permettre de les vivre, de les exprimer.
Ne pas donner de conseils, ne pas juger bien sûr, ne pas intervenir.
.
Tiens, c’est intéressant! N’est ce pas ce que propose une doula? ✨💕👩🏻‍🦰
.
C’est aussi typiquement féminin. Nous avons toutes ce pouvoir en nous. Cette potentielle qualité de présence, d’écoute, d’accueil ✨
.
C’est à ces qualités que l’on fait appel dans un cercle de femmes ⭕️
.
Dans un cercle, vous trouverez des sœurs. Prêtes à accueillir. À vous prendre comme vous êtes. Avec ce que vous traversez. Prêtes à vous entendre, vous voir, vous reconnaître.
Sans faire de commentaire inutile.
.
La sororité.
Permettre à l’autre d’être elle-même. Lui offrir cet espace.
C’est que je désire incarner. Et je ne me suis jamais sentie autant à ma place ✨
.
En 2021, je vous propose de suivre ensemble la roue de l’année, et de se retrouver autour des grandes fêtes traditionnelles, toujours le dimanche soir, pour un cercle de femmes en ligne.
.
Le prochain cercle aura donc lieu pour Imbolc le 31 janvier prochain.
.

Solstice d’hiver


.
« Je laisse partir tout ce qui ne me correspond plus.
Je laisse partir mes anciennes croyances basées sur la peur ou la culpabilité.
Je laisse partir tous les chagrins et toutes les déceptions de mon enfant blessé.
Je laisse partir toute personne ne vibrant plus à la même fréquence que moi.
Je laisse partir les faux-semblants (les miens et ceux des autres).
Je laisse partir l’espoir que ça ira mieux « demain » et j’accepte que ce que je cherche est déjà dans le « maintenant ».
Je laisse partir toute partie en moi blessée, détruite et souffrante.
Je laisse partir ma noirceur et je laisse entrer la lumière de guérison à la place.
Je laisse partir tous les espoirs que j’avais construits et tous les projets qui n’ont jamais marché pour m’ouvrir à de nouvelles propositions plus adaptées à ce que je suis devenu•e.
Je laisse partir le chagrin de tous mes ancêtres que j’avais invité à rester en moi, portant dans mon propre corps, comme une sépulture, leurs mémoires déchirées au nom de la fameuse « loyauté familiale ».
Je laisse partir toutes les culpabilités de mes anciens karmas parce que je choisis de me pardonner au lieu de me punir.
Je laisse partir le désarroi et les peurs de mon enfant intérieur en m’occupant de lui donner ce qu’il n’a jamais reçu.
Je laisse partir toute distorsion en moi, toute partie non alignée et malade.
Je laisse partir la tristesse pour la remplacer par la joie.
Je laisse partir le désespoir pour me nourrir d’espoir.
Je laisse partir l’intolérance et l’impatience et les remplace par la sagesse et le détachement.
Je laisse partir toutes mes peurs pour les remplacer par tout l’Amour qui m’habite. »
.
Crédit textuel : Maud Albertini
Photo : liv merenberg
.
Un très beau texte qui résonne fort en moi ce matin.

L’heure du bilan

Je ne suis pas mécontente de ce qui a été accompli cette année, malgré des circonstances pour le moins particulières…
.
Merci à toutes pour votre confiance, et particulièrement à Hélène, Julie, Marie, Alyssia, Gwen, Maureen, Sophie, Priti, Aline, Florence.
Merci aussi à vos compagnons qui ont accepté de s’embarquer avec nous dans cette aventure!
.
Merci à toutes celles qui ont continué à suivre les cours de yoga, même lorsqu’elles n’étaient pas à l’aise avec le fait que ce soit en ligne.
.
Merci à celles qui m’ont fait confiance lors de mes premiers cercles.
.
Et encore merci aux deux premières femmes qui m’ont permis d’être cette doula prénatale et postnatale que je voulais être.
Vos filles grandissent mais je n’oublie pas ces premières expériences fondatrices.
Merci Katia de m’avoir fait confiance pour te guider dans ce passage de la naissance de Léa 💕
Merci Caro @brusselsyogini de m’avoir permis de t’accompagner dans le quatrième trimestre avec Zoé 💕
.

Femme puissante ✨

crédit illu : iuliastration

J’ai toujours été considérée comme quelqu’un de fort.
Je dégage une certaine énergie.
J’ai l’air solide. Sûre de moi.
Je m’emballe, j’ai du caractère, je prends de la place. J’ose prendre la parole. Et fort.
.
Pourtant, à l’intérieur, c’est une petite fille souvent apeurée. Peu sûre d’elle. Qui doute.
À l’intérieur il y a une petite fille blessée. Qui veut juste être aimée. Être vue. Être reconnue.
.
Ne montre pas tes faiblesses. Ne pleure pas.
Ne sois pas si sensible. Ne prends pas tant de place. T’emballe pas. Tu es soupe au lait. Tu prends tout trop à cœur. C’est pas si grave…
.
Mes ups and downs émotionnels n’ont jamais convenu. Toujours trop.
.
Petit à petit les injonctions ont chassé mon âme dans les profondeurs.
.
Jusqu’à ce que je comprenne.
Que j’étais une femme.
Que j’étais cyclique.
Comme les autres.
Jusqu’à ce que j’enfante mes bébés.
Et que je découvre ma puissance.
Jusqu’à ce que je m’éveille à moi-même.
Que je plonge à l’intérieur.
Que j’accepte de faire face à la noirceur.
Que je laisser sortir la peine, la colère, la frustration.
Que je me mette à l’écoute de cette petite fille à l’intérieur.
Que je lui tende la main…
.
Et que je découvre un monde nouveau.
Ce feu qui brûle, qui réchauffe, qui illumine.
Mon intuition.
Mon énergie.
Que je comprenne que mes ups and downs émotionnels étaient des guides vers moi-même.
.
Aujourd’hui j’ai compris que montrer sa vulnérabilité, c’est être vraiment forte. Oser se montrer telle que l’on est, c’est être puissante.
Se connecter à son cœur, prendre sa juste place, s’écouter, c’est être une femme éveillée.
.
Nous sommes toutes les mêmes. Avec nos blessures et nos peurs. Avec nos vécus et nos espoirs.
.
.
L’éveil du féminin, c’est s’autoriser à être. Cesser de faire, laisser la place à l’intuition, c’est être soi, vulnérable et forte à la fois.
.
Ce soir, j’ai la joie de partager cela avec mes sœurs de cercle, éveiller peut-être, éclairer un chemin.