Blog

Changements d’horaires!

Plusieurs mamans ou futures mamans sont revenues vers moi au sujet des horaires de cours… Et comme j’aime vous faire plaisir…

Voilà!

Yoga prénatal :

👉 Au centre Nestia : le mardi à 18h

👉 Au Haricot Magique : le mercredi à 10h30

👉 A Naissentiel : le vendredi à 10h

👉 Au complexe sportif du Poseidon : le vendredi à 12h15

 

 

Yoga Maman – bébé :

👉 Au centre Nestia : la mardi à 14h45

👉 Au Haricot Magique : le jeudi à 12h30

👉 Au centre sportif du Poseidon : le vendredi à 13h30

 

 

Pour vous inscrire au cours, merci de prendre contact par sms uniquement (0472/404.409) si c’est la première fois, et sinon, vous inscrire sur le doodle :

Yoga prénatal

Yoga maman-bébé

L’hiver et la nouvelle année… ❄️✨⛄️

Bonjour à tous!

Waouw, on est déjà fin janvier, le temps a filé… Je n’en reviens pas!

J’avais prévu de vous écrire entre le solstice d’hiver et la nouvelle lune de décembre, et bien non. La vie en a décidé autrement!

La vie de famille d’abord, qui commence à être chouette, mais qui est – ouf – prenante! Pendant les vacances de Noël, on s’est mis en mode cocoon en famille, on n’a pas fait grand chose, et je dois dire que ça nous a fait du bien! Ne pas se mettre de pression, rester en pyjama, regarder des dessins animés et faire des cookies… Je vous avoue que je kiffe! 🤣

Bon, je ne vais pas vous mentir, ça n’a pas été ce tableau tout rose tout le temps non plus, ‘sont quand même pas faciles ces gamins… Et ça crie encore bien de temps en temps, surtout qu’Owen approche doucement des 2 ans, il grandit et s’affirme, et il ne va pas être en reste par rapport aux deux autres! Il a déjà bien appris à se faire respecter!!

Et puis bien sûr, cette fin 2019, il y a eu aussi beaucoup à faire niveau développement de Moodita!

Je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de suivre mon premier #rituel sur Instagram? Je me suis lancé ce défi de poster chaque jour pendant les 12 premiers jours de 2020 mes intentions pour un des mois de l’année à venir… Expérience intéressante 😉

J’aime beaucoup faire de la place pour des rituels dans ma vie, ça me plait vraiment. Je travaille aussi de plus en plus sur le pouvoir de l’intention, je trouve ça passionnant de découvrir que les même principes finalement régissent la loi de l’attraction, la psychologie positive, les affirmations de naissances pour les femmes enceintes, etc.

Si vous avez envie de me suivre sur Instagram, n’hésitez pas : @moodita_brussels

J’ai travaillé sur mon offre de cours collectifs aussi, début du mois… Pour pouvoir vous proposer une offre plus claire, du yoga prénatal, du yoga maman-bébé, et du yoga des femmes (puisque c’est l’enérgie féminine qui me fait vibrer j’ai décidé de m’y consacrer pleinement) dans différents lieux.

De nouvelles collaborations ont vu le jour depuis ma dernière infolettre : en plus des cours à la LDH et de Naissentiel, je donne cours désormais au

  • Complexe sportif du Poseidon, à WSL, où les cours sont accessibles à toutes les bourses, ce qui correspond à ma volonté première (on ne se refait pas 😉),
  • au café poussette Le Haricot Magique, à Ixelles (sur le site de See U, vous savez, cette énorme occupation provisoire d’anciennes casernes), un super chouette projet où les mamans peuvent se reposer en postnatal dans un lieu adapté, et je tiens aussi le bar à l’occasion, ça me permet d’être en lien avec les mamans, et enfin,
  • à Nestia, cabinet pluridisciplinaire à Auderghem (Saint Julien / Chant d’oiseau, à deux pas du métro Hankar).

J’en profite pour vous signaler que Nestia organise une matinée gratuite sur le bien-être autour de la naissance. L’idée est que vous puissiez découvrir différents ateliers collectifs en prénatal ou en postnatal avec bébé. ça aura lieu le samedi 15 février! Une petite garderie pour les grands-frères/ grandes-soeurs sera prévue 🙂

Et toujours chez Nestia, j’organise une fois par mois un cercle maman-bébé, un long moment entre mamans et bébés, autour d’une thématique, pour se poser, échanger autour de ce qu’on vit pendant cette période, etc… Avec une petite pratique de yoga postnatal pour se faire du bien 😉 Le prochain aura lieu 4/02 et le thème sera « allaitement et nourrissage ».

Vous vous souvenez peut-être que j’avais eu un véritable coup de foudre pour le Studio Vibration, au printemps dernier? J’y avais lancé des cours collectifs qui n’ont jamais décollé… Mais je sentais que mon histoire avec ce lieu ne pouvait pas s’arrêter là!

Et je propose donc un cycle de 5 soirées entre femmes enceintes pour réenchanter la grossesse et se préparer en douceur à cette intense transformation qui est de devenir maman 😍

ça commence vendredi 31/01 et il y a encore de la place! Si vous êtes enceinte et que votre DPA est début mai ou après, vous devez nous rejoindre, ça va être super! Toutes les infos sont sur le flyer en pièce jointe!

Dans la foulée, j’ai aussi lancé une nouvelle proposition d’accompagnement à la naissance, avec l’outil du yoga. ça s’appelle « Grossesse et naissance sereines avec le yoga ». Et je suis tellement excitée à l’idée de pouvoir faire ce chemin avec une première maman qui a décidé de me faire confiance 😍 Vous pouvez découvrir tout cela sur mon site bien sûr!

Dans la liste des events à ne pas manquer en ce début d’année, il y a aussi le prochain Dimanche Yoga 🥳

Ce sera dimanche 26/01 au Ajna Yoga Studio à Uccle. Une journée ou une demi-journée de pratique (avec toujours une marche méditative dans le Kauwberg l’après-midi) autour du thème « Détox et nouvelles intentions ».

ça promet 😉

Il reste une ou deux places… Ne tardez pas si vous souhaitez vous inscrire 🙂

Voilà pour les news, je crois que ça fait déjà beaucoup pour aujourd’hui!

 

A très bientôt,

 

Marie-Belle

La valise pour la maternité

L’une des questions qui revient le plus souvent parmi les mamans, c’est celle de la valise. Peur d’oublier quelque chose d’essentiel, peur d’avoir pris trop de choses… On fait le point!

De quoi avez-vous besoin?

D’abord, il faut savoir que vous aurez besoin de 2 sacs en réalité : l’un pour l’accouchement, et l’autre – la vraie valise – pour la maternité.

Pour l’accouchement

Pour bébé :

  • De quoi habiller bébé à la naissance (bien qu’on laisse de plus en plus souvent bébé emmailloté dans une couverture sur sa maman, et c’est tant mieux) c’est à dire un body et un pyjama (chaud, avec pieds), ainsi qu’un bonnet. C’est important car vous devez imaginer que bébé vient de quitter un environnement toujours chaud (à la température de votre corps). Il va mettre un peu de temps pour réguler sa température. Et on perd sa chaleur par la tête, d’où l’importance du bonnet! Je vous conseille de prendre 2 tailles, un body et un pyjama en taille naissance (50), et un body et un pyjama en taille 1 mois (53-56) car vous ne savez pas quelle taille fera votre bébé.
  • une petite couverture
  • un lange si vous ne souhaitez pas utiliser ceux qui sont fournis (et facturés) par l’hôpital.

Pour vous :

  • Tout ce dont vous avez besoin pour vous détendre, créer votre bulle, votre environnement : tapis de yoga, ballon de naissance, votre oreiller, une bouillote ou un coussin noyaux de cerise, une balle de tennis (pour faire des massages), des bougies, une petite lampe type veilleuse, de l’huile de massage, de quoi écouter de la musique, votre playlist, un spray odorant, des photos, un objet auquel vous êtes attachée, vos pierres, …
  • Tout ce que dont vous pourriez avoir besoin pour vous soutenir, pour gérer la douleur, comme des granules homéopathiques, des huiles essentielles spéciales accouchement, du spray Rescue, etc
  • à boire et à manger (pour vous et le papa) + de l’eau en quantité
  • Un élastique ou pince à cheveux
  • Du baume pour les lèvres (l’air est très sec dans les hôpitaux)
  • un ventilateur + un brumisateur d’eau s’il fait chaud
  • Si vous avez des notes de prépa, un bouquin qui vous a suivi pendant la grossesse, où vous avez mis des post-it par exemple, ça peut servir au papa, pour se rappeler les phases de la naissance, pour se souvenir comment vous soutenir, etc
  • Votre plan de naissance
  • Des vêtements de rechange pour le papa + son maillot si vous avez le projet d’utiliser une piscine
  • Vos téléphones rechargés et vos chargeurs. Votre appareil photo si vous le souhaitez.
  • de la monnaie pour le parking et les cafés du papa.

Pour la maternité

Vos papiers (carte d’identité, carnet de mariage, carte d’assurance, etc)

Pour bébé :

  • 3 bodies manches longues taille 53-56 Astuce : ce n’est pas évident, au début, d’habiller un bébé! Préférez les bodies cache-coeur, beaucoup plus facile à enfiler.
  • 3 pyjamas taille 53-56 (pyjamas une pièce, avec pieds, et fermeture facile, type cache-coeur)
  • bonnets
  • 4-5 langes en coton (langes hydrophiles ou tetras) ça sert à tout : essuyer le lait, essuyer les petits plis de la peau de bébé après le bain, etc
  • 1 cape de bain (beaucoup d’hôpitaux en fournisse 1 dans le pack de maternité)
  • 1 nid d’ange (des draps sont prévus par l’hôpital mais si vous préférez)
  • liniment et lingettes lavables ou jetables (si vous ne voulez pas utiliser les produits fournis et facturés par l’hôpital)
  • langes (si vous ne voulez pas utiliser ceux fournis et facturés par l’hôpital)
  • produits de toilette (thermomètre, savon, shampooing) à nouveau, si vous ne voulez pas utiliser ceux fournis et facturés par l’hôpital…
  • un maxicosi pour sortir si vous rentrez à la maison en voiture ou une poussette ou une écharpe de portage sinon.

Pour maman :

Astuce : l’accouchement est passé, mais l’ocytocine a toujours son importance! Pensez à votre bien-être, à votre confort…

  • Chemise de nuit / pyjama confortable (idéalement avec ouverture devant si vous souhaitez allaiter)
  • Vêtements confortables style ce que vous mettiez à 6 mois de grossesse, pantalons souples ou de jogging, hauts d’allaitement,…
  • Eventuellement une tenue un peu plus sympa pour sortir de la mat.
  • des culottes confortables ou à « finir »/ culottes en filet (souvent fournies par la mat, renseignez-vous)
  • Serviettes hygiéniques (souvent fournies par la mat aussi, et beaucoup de mamans m’ont dit préférer celles de la mat, très douces et épaisses)
  • Coussinets d’allaitement (la mat peut en fournir également)
  • Vitamines d’allaitement
  • Soutiens d’allaitement, brassières (préférez les soutiens sans armature, pour la montée de lait)
  • Bouchons d’oreilles – masque pour les yeux si vous êtes sensible au bruit et à la lumière
  • lampe de chevet / veilleuse en cas de chambre partagée
  • éventuellement multi-prises
  • Pantoufles – tongs
  • Peignoir
  • Serviettes de bain – tapis de bain
  • Trousse de toilette – petite pharmacie du postpartum. Pourquoi pas prendre une huile végétale que vous aimez bien pour le corps et de l’huile essentielle de lavande pour le bien-être, à mettre sur l’oreiller (je vous ferai un post très bientôt sur les bons produits naturels à prendre avec vous!)
  • sèche-cheveux
  • coussin d’allaitement – votre oreiller
  • Du champagne pour vos visiteurs 😉

 

 

Bons plans repas en postpartum

Aujourd’hui, je voulais vous partager quelques bons plans pour manger sainement simplement pendant le postpartum.

Vous le savez, les premiers jours, les premières semaines avec un bébé sont intenses, et le nourrissage vous prend environ 14h par 24h… Dans ces conditions, prendre une douche peut souvent se révéler compliqué… Alors aller faire des courses et se faire à manger, on n’en parle même pas!

Alors pour se faciliter la vie et quand même bien manger, que peut-on faire?

  1. Faites une liste des choses que vous aimez manger, qui vous font du bien, et que vous aimez toujours avoir dans votre frigo. Vous aurez besoin de fruits et légumes frais, de protéines, de produits laitiers,… Transmettez la à votre conjoint (avec mission de vérifier la disponibilité des items régulièrement dans le frigo :-)) et référez-vous à la liste pour toute personne qui vous demande « Qu’est ce qui te ferait plaisir? »
  2. Sur votre liste de naissance, bannissez les doudous, et mettez des cadeaux-services : faire les courses (cfr liste ;-)), amener des petits plats cuisinés, etc 🙂
  3. Vous allez avoir des visites à la maison, tout le monde va vous demander ce qui vous ferait plaisir, de quoi vous avez besoin… Ne tournez pas autour du pot : « ce serait super si tu pouvais amener un petit plat cuisiné/une salade/… » (et si vous avez une préférence pour quelque chose, dites-le, c’est bon pour faire marcher l’ocytocine)
  4. Pensez aux traiteurs et aux box-repas déjà cuisinées. Par exemple :
    • Crowd Cooks : vous commandez à l’avance, c’est livré à domicile sous vide, et vous avez 5 jours pour réchauffer (et en plus la première semaine est offerte!)
    • Fresheo : des repas sains, livrés à Bruxelles et en Wallonie
    • Bol & Hop : des repas faits maison (pâtes bolo, lasagne, tartiflette, quiche, etc) livrés dans les 30km autour de Jodoigne.
  5. Dans le même ordre d’idées, il y a bien sûr Picard. Un large choix de plats cuisinés surgelés. L’avantage, c’est que vous pouvez faire un stock pendant la grossesse!
  6. En cas de frigo vide, pensez à Uber Eats ou à Deliveroo. ça peut dépanner 🙂
  7. Si vous avez envie de cuisiner quand même un peu, il y a bien sûr les box repas non cuisinés : Hello Fresh, Nood, Green Box, Efarmz, ect… Et la plupart des supermarchés en proposent aussi. Au moins, pas de courses et pas besoin de réfléchir à un menu!
  8. Autre option, connaissez-vous le batch-cooking? Il s’agit d’une méthode de planification des repas simple et pratique : cuisinez une seule fois en quantité à l’avance, congelez, et il ne vous restera plus qu’à combiner les ingrédients le moment venu. Pendant la grossesse, vous pouvez cuisiner des pâtes, du riz, de la semoule, du quinoa, des tas de légumes, du poulet, etc. Sans oublier quelques sauces, un sauce tomate, une sauce béchamel, une sauce asiatique,… Une petite faim, vous choisissez vos ingrédients, vous réchauffez, et le tour est joué! Et puis bien sûr, vous pouvez aussi conserver des repas tout prêts, comme des soupes, des quiches, un hachis parmentier, une lasagne…
  9. Et enfin, votre doula postnatale peut bien sûr venir cuisiner chez vous, et même faire vos courses, pour que votre frigo soit rempli des choses qui vous font envie et de pleins de bons petits plats sains… N’hésitez pas! J’adore cuisiner 😉

 

Réflexions d’une jeune maman pour 2020

J’avais envie de partager des réflexions vraiment très personnelles ce soir. Au delà de l’accompagnement comme doula, de la transmission du yoga, je suis aussi une femme, une mère, une épouse. Dans ma vie personnelle, je suis en recherche permanente et en chemin.

Et sur ce chemin vers mon cœur, vers la lumière, vers mon féminin sacré aussi, je me sens parfois bien seule. Prendre soin de soi, s’écouter, se respecter, ce n’est pas vraiment l’apanage des jeunes mères! Sur ma route, que ce soit dans le Yoga ou ailleurs, dans les workshops que je suis, ou les cercles de femmes, je croise surtout des femmes avec des enfants plus âgés ou sans enfant. 

Je suis en décalage.

Quand on y réfléchit ce n’est pas étonnant! Quelle mère de jeunes enfants passe ses week-ends ou ses soirées à des workshops (à part moi 🙈)? Les premiers mois, voire les premières années de vie d’un bébé sont un temps de fusion, de réelle dépendance du bébé, où on nous a appris, conditionnées même, à nous mettre complètement de côté pour satisfaire les besoins de notre bébé. 

Or moi, ce dont j’ai besoin aujourd’hui, c’est de m’écouter. De me donner du temps. J’ai besoin de mon espace. De yoga. De me développer professionnellement et d’être fière du travail accompli. J’ai besoin de me mettre en priorité de temps en temps pour pouvoir être une bonne mère. Si mes besoins ne sont pas satisfaits, je ne peux pas satisfaire ceux de 3 petits êtres dépendants et capricieux, n’est-ce pas?

« Birthing is the most profound experience of spirituality a woman can have. » Oui, définitivement le sens de ma vie a changé le jour où je suis devenue mère. J’ai découvert ma puissance, ma force, mon intuition, mon coeur. Je n’en ai pas pris conscience tout de suite. Il a fallut du temps… Beaucoup de temps… Mais si peu à l’échelle d’une vie!

William est né le 11 mars 2014. Il y a presque 6 ans. Et il m’aura fallut 5 ans pour avoir le déclic. Pour que mon chemin s’éclaire, que ma mission devienne claire. Je ne peux plus faire machine arrière. Je suis là pour participer au changement de paradigme. 🥳 Être cette présence qui fait la différence. « Be the change you want to see in the world » (Ghandi) 

J’ai toujours voulu changer le monde! J’ai toujours voulu être un super héros 🙈 Mon enfant intérieur, c’est cela dont il rêvait… De magie, de sororité, de spiritualité. D’énergie. Changer le monde, une naissance à la fois 😍

Il y a presque 6 ans naissait William, dans la souffrance et la rage. Assistée j’étais, assisté il s’est senti. Plus jamais. Tout ce chemin, avec lui et pour moi. La naissance de Matthew, douce, belle et puissante, comme une revenge. Et celle d’Owen, chamboulant mes certitudes, comme pour me rappeler que c’est la nature la plus forte, au final. Que c’est l’univers qui décide et qu’on est bien peu de choses.

La maladie de William. Les questionnements. Les examens. Les hôpitaux. L’absence de réponses. L’attente. L’espoir. Découvrir la différence. La vigilance constante. L’angoisse. La lente et difficile acceptation. 

Tout ce chemin.

En 2019, il y a eu de nombreux événements. Une année chargée émotionnellement. Vraiment riche et vraiment difficile. Une sorte de paroxysme! L’achèvement de mes formations, tant en Yoga qu’en yoga périnatal et en tant que professionnelle de la naissance. Il y a eu de nombreuses découvertes. La psychogénéalogie et l’importance des mémoires transgénérationnelles. Les pierres et leurs vertus. La sororité et les cercles de femmes. J’ai ressenti l’énergie. J’ai découvert que je pouvais suivre mon intuition. Et même développer mon magnétisme. J’ai ouvert mon cœur. En GRAND.

Et j’ai reçu tellement tellement tellement. Jamais je n’avais autant reçu auparavant. Ma vie familiale si compliquée, mon cœur meurtri, mes angoisses de mère, mes épaules fatiguées de tout porter, tout cela à été soudain allégé. C’est comme si tout l’amour que j’ai reçu m’avait soignée, m’avait permis de continuer à avancer, permis de tenir.

Et aujourd’hui je pense qu’il est temps. 2020 sera pour moi l’année de l’envol. Je suis doula 🔥

Pour moi une doula, c’est cette présence rassurante. Ce n’est ni une sage-femme, ni une coach. C’est plutôt comme une sœur. Quelqu’un en qui la future mère peut placer sa confiance. Une confiance totale : celle qu’il lui faudra pour s’abandonner complètement a la naissance. Karine la sage-femme (devenue Quantikmama) le dit : en donnant naissance la femme se fragmente en 1000 morceaux. Cette puissance de la naissance 😍

Mon désir le plus profond est d’être cette personne, aux côtés des familles, à vos côtés. 

Au fond, je ne vais rien faire. Parce que vous n’avez pas besoin qu’on fasse quoi que ce soit. J’ai fait quarante-mille formations, j’ai des tas de cordes à mon arc aujourd’hui mais vous n’avez besoin de rien! Ce dont vous avez besoin, c’est de confiance. Confiance en vous, en vos capacités d’enfanter. Confiance en la vie, en la nature, qui a tout prévu, quand on la laisse faire….

Pour moi, pour être doula, il faut avoir travaillé sa présence. Comme pour être prof de yoga. Ce sont des personnes qui ne font rien en réalité, mais qui « sont ». Sans prétention aucune, c’est ce que j’aspire à être.

Voilà mon désir le plus profond pour 2020.

Pouvoir vous accompagner dans votre naissance de mère. 

Namasté.

 

Voici 2020!

 

2019 se termine tout doucement… Et voici 2020!

Une année qui s’annonce riche et amène avec elle un vent de fraicheur, de renouveau… ✨

Je vous la souhaite magique!

Et puis surtout je vous souhaite, pour vous, que chaque jour, votre coeur s’ouvre un peu plus, que chaque jour voit éclore une meilleure version de vous-même ❤️

Voici les nouveaux horaires pour le yoga en cours collectifs :

 

Viniyoga :

Lundi 18h30 : Place Saint Job (Uccle)

Mardi 12h15 : LDH (Dansaert)

 

Yoga des femmes :

Mardi 18h45 : Nestia

Mardi 20h30 : Naissentiel

Mercredi 12h30 : Haricot Magique

 

Yoga prénatal :

Mardi 17h15 : Nestia

Mercredi 10h30 : Haricot Magique

Vendredi 10h : Naissentiel

Vendredi 12h15 : Poseidon

 

Yoga maman-bébé :

Mardi 14h45 : Nestia (et une fois par mois cercle maman-bébé)

Mercredi 11h30 : Haricot Magique

Vendredi 13h30 : Poseidon

 

Le tableau complet est visible ici : planing 2020

Bosser, élever des enfants, et continuer à vivre?

Je me demandais l’autre jour comment font les gens. J’étais tombée sur la toile sur un article intéressant, ça s’appelait « Les enfant nous volent-ils notre vie? »

Ça m’avait interpellée…

C’est vrai qu’il y a ma vie AVANT d’avoir mes enfants, et ma vie maintenant. Et il y a des jours où j’ai vraiment l’impression de ne plus en avoir, de vie… Pourtant, je ne suis vraiment pas à plaindre! Je fais un boulot que j’adore, qui me nourrit énormément, et je ne travaille pas beaucoup.

Mais depuis que j’ai des enfants, les ‘to do list’ s’allongent. La priorité, ce sont les enfants. Et il y a toujours à faire, avec eux. La vie familiale a tendance à prendre toute la place. Dans ces conditions, s’occuper de soi, avoir une vie sociale, avoir une vie de couple, ça devient souvent secondaire. Changer une ampoule, ou monter un meuble, ça peut prendre plusieurs mois…

Ça fait un moment que je réfléchis à tout cela. Cette recherche d’équilibre une fois qu’on a des enfants…

Ma coach m’a fait travailler sur cette tarte qu’on divise en parts en fonction du temps qu’on alloue à chaque sphère de notre vie. Vous savez, la « wheel of life ».

Paul Meyer’s original wheel of life

J’ai pris conscience de la place énorme de la vie familiale dans mon cas, et puis dans une moindre mesure, de la vie professionnelle, par rapport aux autres sphères.

Et puis il y a eu ce gars, Olivier Pintelton, que j’ai entendu sur la Première. Il a écrit un bouquin « Ce temps qui nous manque ».

Il a un enfant. Et déjà, avec deux parents qui bossent à plein temps, c’est la galère. Il se sent dépassé.

Il a raison!

Comment font les gens pour élever des enfants, tout en travaillant, sans devenir fous? Sans s’oublier complètement? Sans tomber malade ou partir en burn-out?

Comment faisons-nous??

Dans ce monde qui va de travers, où le quotidien est une course effrénée contre le temps, où il faut toujours faire mieux et plus…

Chez nous, ça n’a pas loupé, on est passés par la case burn-out tous les deux. Sans le yoga, j’y serais restée… Mon homme y est encore…

Pour la petite histoire, j’ai quitté mon job après la naissance de mon deuxième garçon, juste avant de craquer complètement. À l’époque, on était en plein dans l’angoisse et les questionnements par rapport à la santé de notre aîné, et le second ne dormait pas. On était submergés.

Et j’ai très vite décidé de lancer mon activité professionnelle. Riche idée! Quand on est salarié, on s’imagine que c’est le pied d’être indépendant : la flexibilité, être son propre patron, etc. Sauf que c’est pas fait pour les mamans. C’est pas fait pour bosser à temps partiel. C’est pas fait pour ceux qui visent leur bien-être, entendez par là : pouvoir s’occuper des enfants, prendre un peu de temps pour soi, avoir un rythme de vie sain, une certaine qualité de vie, bref, avoir un bon équilibre de vie (comme dans la wheel of life)!

En fait, en tant que maman, c’est pourri, d’être indépendante! Et en tant que yogi, qui essaie de vivre en respectant son corps, son rythme, etc, c’est encore plus pourri, d’être indépendante!

Pourquoi je dis cela? A cause de la dimension financière. Ben oui, c’est quand même le nerf de la guerre…

À l’heure actuelle, je travaille l’équivalent d’un mi-temps, ou d’un 3/4 temps, avec un statut un peu particulier (je suis en coopérative d’activité), mes rentrées sont faibles mais grâce à la coopérative, il y a un peu plus de 1000€ nets qui rentrent chaque mois.

Si à terme, comme c’est prévu dans quelques mois, je passe indépendante à plein temps, je vais travailler pour… Rien! Pour gagner des cacahouètes. Les cotisations sociales sont tellement importantes que vu mes rentrées, ça ne vaut même pas la peine de travailler! A moins de commencer à travailler beaucoup plus (50 heures par semaine minimum) comme beaucoup d’indépendants en fait, essentiellement le soir dans mon cas, puisque c’est dans ces créneaux horaires-là qu’il y a le plus de demande, et de ne plus voir mes 3 enfants.

Alors j’envisage de reprendre un petit boulot alimentaire, un boulot comme salariée, à mi-temps pour pouvoir être indépendante complémentaire (et payer moins de cotisations sociales) et continuer à développer les projets qui me tiennent à cœur. 

Mais une amie m’a très justement fait remarquer aujourd’hui le paradoxe de cette idée. Je vais me retrouver à nouveau sous pression! Moi qui ai tellement envie de ralentir. D’en faire moins! Je ne travaille qu’à temps partiel mais je suis occupée tout le temps en fait! Il y a la maison, les enfants, les courses, les soins médicaux de William, l’administratif… Et c’est déjà beaucoup pour moi. Le problème, c’est que tout ce temps n’est absolument pas valorisé. C’est comme si je ne faisais rien. 

Qu’en sera-t-il si je reprends un job à mi-temps en plus? Je vais me retrouver à faire ces 50 heures par semaine, dont plusieurs soirs, et à cela il faudra ajouter tout ce que je fais déjà, en plus 🙀

C’est là qu’il a raison, Olivier Pintelton. Je n’ai pas encore lu son bouquin, mais à l’entendre à la radio, on partage assez bien le même point de vue, lui et moi!

Quel est ce monde fou où pour pouvoir faire le travail qui me plaît, qui fait vraiment sens pour moi, et gagner un tant soit peu ma vie, je dois faire une croix sur ma famille? Car que ce soit bosser 50 heures (minimum) comme indépendante ou prendre un mi-temps salariée en plus, je fais une croix sur ma famille…

Je voudrais qu’on ralentisse le rythme! Tous! Travailler moins et mieux. 

Travailler, oui! 100 fois oui! Mais pour s’épanouir, s’émanciper, s’éclater, se valoriser, prendre son indépendance! J’adore mon travail! Je ne le quitterais pour rien au monde! Mais à quoi ça rime de travailler si ça ne permet pas de soutenir sa famille? A quoi ça sert de se donner du mal pour ne pas gagner sa croûte? Si on travaille pour rien, ce n’est pas très motivant, autant faire du bénévolat…

Comment ça se fait que je ne puisse pas gagner ma vie en travaillant 25 heures par semaine? Si c’est mon choix… Malheureusement, chez nous, ce n’est pas prévu dans le système. Faut choisir : indépendante full time (et tu n’as plus de vie) ou femme au foyer (et tu n’as aucune considération). Et certainement pas les deux. 

Etre mère avec un travail à temps plein, c’est vraiment compliqué pour moi. C’est trop.

J’aspire à plus. À plus de qualité. À plus de temps. À plus de RIEN! Pour moi comme pour mes enfants.

Du temps pour s’aimer et pour vivre, nom de Dieu!!

On ne vit pas là, on survit! L’Etat dépense plus dans la couverture des malades de longue durée comme les burn-out que dans celle des chômeurs…

On nous parle de bien-être, de prendre soin de soi, mais quand on a des enfants, et qu’on travaille, on le prend quand, ce temps? 

2 ans que je rabâche mon homme avec l’idée que le temps pour soi, ça se prend, ça se choisit. Ce n’est pas si simple en fait! Il me demandait de l’aider à « dégager du temps » pour lui. Au final, il aura fallu passer par cette case burn-out pour qu’il puisse enfin s’occuper un peu de lui, se reposer, guérir les blessures d’un corps fatigué d’avoir été trop poussé.

Il y a trop de choses à faire. Entre le travail et les enfants, on s’oublie bien trop souvent. Les « to do list » sont trop longues et dans un monde où l’on se doit d’être parfait sur tous les plans, on finit par être submergés… S’il n’y avait qu’une ampoule à changer… 🤣

Je veux continuer à travailler peu mais PAS QUE pour m’occuper des enfants, gérer les trajets et la maison, le ménage et les courses! Je veux du temps pour moi aussi! A quoi ça sert de gagner de l’argent si on n’a pas de temps pour profiter de la vie?

Je veux continuer à travailleur peu mais en tirant un certain bénéfice de ce travail, en monnaie sonnante et trébuchante, histoire d’être fière de contribuer aux charges de ma famille (et histoire de relâcher un peu la pression sur mon homme qui assume quasi toute la responsabilité sur ses épaules).

Je veux le beurre et l’argent du beurre : un travail justement rétribué, du temps de qualité avec les enfants, pour jouer et lire des histoires, mais aussi du temps pour moi. Du temps pour donner cours, pour accompagner des mamans, mais aussi du temps pour méditer, du temps en couple, du temps pour voir des amis.

Je veux trop. Je m’en rends bien compte. Ce que je veux, dans notre société, ça s’appelle de l’égoïsme. Et pourtant. C’est juste la mise en application de cette fameuse « wheel of life »…

Je ne peux pas être une bonne maman si je suis sous pression, si je cours tout le temps, pour conduire tout le monde à bon port et être moi-même à l’heure, si je n’ai pas de temps pour souffler et m’arrêter.

Je ne peux pas prendre soin des autres si je ne m’écoute pas, si je ne prends pas soin de moi…

Survivre aux fêtes…

Que vous soyez enceinte ou que vous veniez tout juste de mettre un bébé au monde, la période des fêtes, ce n’est pas toujours très fun…

C’est le marathon! Entre le shopping de Noël, les réveillons, et les visites familiales, il y a mille choses (fatigantes) à faire et pas le temps de souffler.

Pendant les fêtes, souvent, l’alcool coule à flots. Si vous ne buvez pas, vous risquez d’avoir droit à un commentaire de la vieille tata du genre « Tu prendras bien une petite coupe?! C’est Noël tout de même ». Si au contraire vous vous offrez un verre ou deux, ce sera la belle-mère qui vous assènera un « Et ben toi, t’as pas peur! Tu sais que l’alcool passe directement dans le lait? »

Quoi que vous fassiez, quelqu’un y trouvera à redire!

Et pour couronner le tout, très vite, vous voilà entourée de convives à la conversation douteuse, au mieux guillerets, au pire, complètement saouls! 🙀

Les repas de réveillon sont longs et généralement lourds, on reste assise sur une chaise pendant des heures, ce n’est pas franchement l’idéal!

Sans compter les éternelles questions relatives au menu pour celles qui sont enceintes : qu’est ce que j’ai le droit de manger??

Alors comment survivre aux fêtes dans ces conditions?

Mes tips

  • D’abord et avant tout, pensez à VOUS!

Prenez un moment pour vous arrêter et prendre votre température intérieure. De quoi avez-vous vraiment envie?

Qu’est ce qui vous ferait du bien? Vous avez le droit de penser à vous, pour une fois…

Et pour que ces envie se réalisent, communiquez! Votre entourage ne peut pas lire dans vos pensées… Dites comment vous vous sentez, ce dont vous auriez besoin…

  • Faites un pas de côté…

Il y aura d’autres Noëls, d’autres Nouvel-An. Cette année, peut-être qu’il vaut mieux revoir ses prétentions à la baisse et rester un maximum à la maison. Dites-vous que ce n’est que temporaire!

Mettez-vous en mode végétal, au rythme de la nature 🌱

Les journées sont courtes, il y a peu de lumière, rien de tel pour cocooner chez soi, avec une bonne tisane et un plaid! Les animaux, eux, hibernent!

C’est le moment de RALENTIR. Limitez les festivités. Est-ce vraiment indispensable d’aller rendre visite à la vieille tante Jaja? Peut-être pourriez-vous vous faire excuser… Trimballer un nouveau-né chez les autres, cela signifie devoir le gérer sans le confort et le matos que vous avez chez vous…

Et en tous cas, pas plus d’une activité par jour au programme, si vous ne voulez pas sortir de là complètement vannée.

  • Déléguez!

Pas de pression! Cette année, vous n’organisez rien, vous ne vous occupez de rien. Pour une fois, vous avez bien le droit de vous laisser porter ☺️ Pour le shopping de Noël, déléguez les courses à votre conjoint, à votre mère, à une copine… Ou commandez tout en ligne!

  • Protégez-vous

Vous avez besoin de garder votre énergie. Pour vous protéger des éventuelles « agressions » familiales ou extérieures, un petit truc que j’aime beaucoup c’est un exercice de visualisation qu’on pratique au cours de yoga : la bulle de protection. Asseyez-vous en tailleur ou dans une autre position confortable pour vous, les fesses déposées sur le sol. Placez les bras le long du corps. Sur l’inspir, montez les bras au-dessus de la tête par les côtés, en mimant un grand cercle autour de vous. Les doigts se touchent. Sur l’expiration, ramenez les bras le long du corps. Imaginez que vous créez une bulle de protection autour de vous, comme un bouclier, pour vous et votre bébé. Imaginez sa couleur, sa texture… Un petit rituel bien utile 🧚🏻‍♀️

  • Faites-vous gâter!

S’il y a bien un avantage aux fêtes, ce sont les cadeaux! On vous demande des idées de cadeaux? N’hésitez pas à être très claire sur ce qui vous ferait vraiment plaisir! Pourquoi pas mettre des moments bien-être sur votre liste à Santa! Massages, accompagnement par une doula, soins postpartum à domicile… Et des cadeaux vraiment utiles, comme des bons petits plats, un coup de main pour le ménage, des heures de babysitting pour pouvoir faire la sieste, du soutien à domicile en postpartum,…

  • Et pour les réveillons, soyez organisée!

Pensez à votre confort. La crise le 24 au soir, devant la garde-robe, parce qu’on ne rentre plus – ou pas encore – dans ses fringues, on préfère éviter! À bas les prises de tête, ce qui importe c’est d’avoir une tenue dans laquelle vous vous sentez bien. Alors on fait des essayages les jours qui précèdent, et le jour même on enfile ce qu’on a prévu sans se poser de questions!

Vous n’êtes immunisée contre rien du tout? Vous avez du reflux? Vous allaitez et bébé est intolérant aux PLV? Renseignez-vous sur le menu avant, quitte à emmener un Tupperware avec vous!

Prévoyez votre boisson, testée et approuvée avant, que vous emmenez avec vous aussi!

Un long dîner de réveillon en perspective? Exigez une chaise confortable, voire même, pourquoi pas, emmenez votre ballon! Pensez à bouger régulièrement, et n’hésitez pas à laisser un peu dans votre assiette. Il vaut mieux paraître impolie que passer toute la nuit à digérer la dinde aux marrons!

Vous avez besoin d’un break? C’est normal! Le monde, le bruit, ça fatigue. Enceinte ou jeune maman, vous avez besoin de vous retrouver un peu… N’hésitez pas à vous éclipser pour faire une petite sieste, pour allaiter en privé, pourquoi pas allongée… Question de récupérer un peu!

🎄 Passez de belles fêtes 🎄

Du coaching à travers le yoga?

Cela fait maintenant près de 3 ans que je donne cours de yoga, que je partage cette pratique magnifique en collectif comme en individuel.

Dans les cours individuels, je réalise que la dimension « coaching » prend de plus en plus de place. La plupart des personnes qui font appel à mes services ont une attente précise, ou en tous cas, je sens très vite un besoin spécifique, même s’il n’est pas toujours exprimé clairement. Ils viennent au yoga pour se faire du bien, pour se reconnecter à leur corps, pour se libérer du stress, etc. Mais derrière les mots se cache souvent un mal-être, une blessure à panser, une part d’ombre.

Je crée un espace de parole, en début de séance, où l’élève peut déposer ce qui l’habite. Selon ce qui est partagé, la séance sera plus dynamique, ou plus relaxante, plus axée sur la respiration, ou plus posturale, et je mobiliserai différents outils que j’ai à ma disposition comme le chant védique, le travail sur l’énergie ou les chakras, les visualisations, la méditation. Notre pratique sera donc très fortement influencée par mon ressenti de ce moment de partage.

Inévitablement, on s’éloigne de ce fait d’une séance de yoga classique, pour se rapprocher tantôt d’un travail plus énergétique, psycho-corporel, voire de yogathérapie ou d’hypnothérapie. Dès le début de la séance, j’invite l’élève à venir dans son corps, à se connecter à ce qui est là. On laisse émerger ce qui peut émerger.

Je prends les élèves là où ils sont, au départ. Nous avançons ensemble, sur un chemin qui n’est pas défini à l’avance. Je suis mon intuition.

Je vois ces élèves avancer, et je prends énormément de plaisir à les accompagner dans cette découverte d’eux-mêmes, dans cette reconnection. Je les aide à se sentir mieux dans leur tête et dans leur corps, à évoluer peut-être sur leur chemin de développement personnel.

J’ai décidé de donner plus de place à cela.

Je vous propose donc de prendre rendez-vous avec vous-même, de vous offrir ce temps de reconnection à vous. Nous allons travailler sur votre vécu, sur vos émotions, sur votre énergie, par le corps.

Se connecter à son ressenti.

Faire sortir des choses, peut-être. Réaligner, harmoniser.

Une doula, c’est quoi?

Une doula, qu’est ce que c’est?


Une doula est une personne qui propose du soutien. Etre là aux côtés des parents pour les informer, leur permettre de faire des choix en conscience, les soutenir dans ces choix, les orienter vers des professionnels en fonction de leurs besoins. La doula peut aussi être présente à l’accouchement. Elle peut aussi soutenir les parents pendant la période postnatale, par des visites à domicile, soutenir émotionnellement la nouvelle maman, donner un coup de main dans la maison, soutenir la mise en place de l’allaitement, s’occuper de bébé pour que la maman puisse se reposer ou prendre une douche…